Photo: https://www.facebook.com/aurelie.lattuca2?fref=ts

LES INDICES DE PROTECTION SOLAIRE.

Quèsaco ?

Un produit de protection solaire aide à protéger des effets nocifs du soleil, des UVA et UVB.

L'indice de protection (IP) ou Facteur de Protection Solaire (FPS) indique le niveau de protection contre les UVB. Il est donc important de s'y référer pour choisir un produit adapté à son type de peau, ainsi qu’aux conditions d’exposition au soleil.

Il possède la même signification dans tous les pays.

Cette protection s'exprime sous la forme d'un indice numérique (6, 10, 15, 20, 30, 40, 50 et 50+), affiché obligatoirement sur tous les produits. Plus il est élevé, plus forte est la protection solaire. Cet indice traduit en fait le temps durant lequel il est possible de s'exposer avant de prendre un coup de soleil.

 

 

 

Indices de protection : comment protègent-ils la peau ?

 

Faible Protection : 6 ou 10 Un IP 2 arrête 50% des UVB

Moyenne Protection : 15, 20 ou 25 Un IP 15 arrête 93% des UVB

Haute Protection : 30 ou 50 Un IP 20 arrête 95% des UVB

Très Haute Protection : 50+ Un IP 30 arrête 97% des UVB

Un IP 50 arrête 98% des UVB

 

Le calcul est simple :

 

Il faut prendre le nombre de minutes au bout duquel la peau prend généralement un coup de soleil sans protection solaire (15 minutes, par exemple), et multiplier ce nombre par l’IP. Avec un IP 6, par exemple, on obtient 15 x 6 = 90. Dans ce cas de figure, le coup de soleil apparaîtra donc au bout de 90 minutes environ.

 

15, 30, 50… Les indices protègent tous de la même façon. La seule différence est que plus l’indice est élevé, plus vous êtes protégée des rayons du soleil.

De plus, pour les solaires concernés, ils assurent une protection UVA au moins égale au tiers de la protection UVB (un SPF de 30 contre les UVB offre un minimum de 10 contre les UVA).

 

 

Quelques exemples :

 

1. Un indice FPS 30 permet de reculer de 30 fois la dose d’UVB que la peau peut recevoir avant l’apparition du coup de soleil. Cela signifie qu'avec un indice 30, il faudra 300 minutes pour attraper le coup de soleil que l'on aurait en dix minutes sans protection.

 

2. Lorsque l’on parle d’un indice «50», par exemple, cela signifie qu’un patient qui « brûlerait » normalement en cinq minutes, « brûlera » en cinquante fois cinq minutes. Dans la vie réelle, il faut diviser cela par trois.

 

3. Un FPS de 2 signifie que le temps d’exposition requis pour induire un érythème est deux fois plus important lorsque la peau est protégée que lorsqu’elle ne l’est pas.

 

4. Si un individu qui prend un coup de soleil après 12 mn d’exposition sans protection, un FPS de 20 signifie qu’il lui faudra 4h (20x12=240 mn) pour avoir un coup de soleil identique avec cette crème solaire.

 

5. Une personne qui met 20 minutes pour attraper un coup de soleil, sans protection, munie d'une crème d'indice 30, il lui faudra 600 minutes, donc 10 heures, pour attraper ce même coup de soleil.

 

 

Mais face au soleil, les épidermes ne sont pas tous égaux donc ATTENTION ce sont des calculs théoriques se basant sur des tests fait dans des conditions de laboratoire, où il n’y a pas d’humidité, où le patient ne transpire pas, où il n’y a pas de frottement avec la serviette, avec une très importante quantité de crème (2mg/cm2), bref, dans des conditions idéales. En réalité, d’autres facteurs entrent en ligne de compte, comme votre phototype de peau et l’intensité des UV, là où vous vous trouvez.

 

 

A Savoir :

 

En fonction du lieu d'exposition la peau reçoit non seulement les rayons diffusés par le soleil mais aussi ceux réfléchis par le sol. Plus forte est la réverbération, plus l'indice de protection à choisir sera élevé.

 

Pourcentages de réverbération des surfaces :

 

– Herbe : 10% - Exposition extrême : glaciers, tropiques...

– Eau : 20% - Exposition importante : plages, activités extérieures longues...

– Sable : 15% - Exposition modérée : au grand air

– Neige : 85%

 

 

 

Les phototypes et périodes d’autoprotection :

 

En principe, la peau peut être exposée au soleil pendant un certain temps sans rougir. Ce laps de temps est appelé durée d’autoprotection et dépend du type de peau (phototype). Chez les personnes à la peau claire, la période d’autoprotection dure cinq à dix minutes. Une fois ce laps de temps écoulé, il faut protéger sa peau.

 

 

La période d’autoprotection: Après avoir déterminé le phototype et les conditions d'expositions, on peut à présent

déterminer le facteur de protection solaire à choisir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien appliquer une crème solaire assure l’efficacité d’un indice de protection solaire :

 

Les indices sont calculés en tenant compte d’une application très généreuse c’est-à-dire 2mg par cm² (soit 30 ml pour tout le corps). Soit l’équivalent d’une balle de golf pour être protégée des pieds à la tête. L’application d’une quantité plus faible entraîne une réduction disproportionnée de la protection : avec moitié moins de produit utilisé, la protection peut chuter au tiers. Il faut donc appliquer généreusement la crème et renouveler l’application régulièrement, en particulier après avoir transpiré, nagé ou s’être essuyé.

 

 

 

L’écran total n’existe pas !

 

Depuis bientôt six ans, suite à une décision de la Commission Européenne, le terme « écran total » a été officiellement interdit.

« Une crème solaire est un filtre qui va protéger de manière plus ou moins grande du rayonnement UV.» Comme nous le rappelle, le Dr Frédérique-Anne Le Gal, médecin adjoint, responsable de l’unité d’onco-dermatologie aux HUG, « mais son efficacité va décroître avec le temps, et dépendre de différents paramètres, telle que la quantité de crème appliquée, la chaleur, les frottements qui vont la faire partir, la sudation, l’eau, etc. »

 

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies